Valorant

Riot Games s’engage pour l’esport en EMEA

Récemment, Riot Games a communiqué quelques informations concernant ses plans pour l’esport Valorant et League of Legends dans la région EMEA. Le studio a notamment dévoilé la Riot Games Arena, un nouveau lieu de spectacle. Grâce à ce site, Riot s’engage encore un peu plus dans le développement de l’esport.


La nouvelle Arène esportive de Riot Games

Depuis plusieurs années, le LEC Studio de Berlin accueille des matchs du Championnat EMEA de League of Legends. Ce lieu iconique tire aujourd’hui sa révérence, puisqu’il n’existera plus d’ici 2024. En réalité, il ne va pas complètement disparaître, le groupe américain lui offre simplement un petit lifting, ainsi qu’un nouveau nom. Au revoir le LEC Studio, bonjour la Riot Games Arena.

Riot Games a récemment dévoilé ses plans pour le futur de l’esport dans la région EMEA. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la firme voit les choses en grand. Un bon point pour l’industrie donc ! Derrière la rénovation du studio se cache l’envie de Riot d’en faire « une installation pionnière, flexible et dédiée à l’esport, desservant tous les produits esports actuels et futurs de Riot Games organisés dans la région ». A l’avenir, ce lieu n’ouvrira plus uniquement ses portes aux fans de LoL, mais aussi des adeptes des autres jeux de Riot.

Dès 2024, le site accueillera tous les évènements liés au LEC à la La Ligue EMEA de Valorant. Et ce n’est pas tout. Le studio précise que divers évènements, comme l’Ascension EMEA, des compétitions sur TFT ou les Masters EMEA s’y dérouleront aussi.

Lors de la planification de la rénovation, nous avons placé les besoins et les désirs des joueurs et des fans au centre de nos décisions. Sur le site, nous voulons offrir une expérience qui les amène dans nos mondes, les immergeant plus complètement dans les univers de Riot Games. Une grande partie de nos fans regardant depuis leur domicile, nous devions également mettre l’accent sur la qualité et la diversité de notre diffusion et de notre production, afin d’améliorer leur expérience visuelle personnelle.

Sarah Joynt Borger, responsable de la maison des médias pour Riot Games EMEA.

Les supporteurs, présents sur place ou derrière leur écran, pourront profiter d’une expérience toujours plus immersive et de meilleure qualité. Non seulement, Riot Games semble avoir revu le design complet de la scène, mais améliorera aussi les capacités de diffusion et de production du site, de manière à contenter tout le monde.

Plus qu’une simple upgrade matérielle, la Riot Games Arena constitue un projet de grande ampleur qui s’inscrit dans une démarche à long terme. Comme l’a expliqué Alberto Guerrero, Responsable esport EMEA « La création d’un site de cette envergure témoigne de notre engagement à long terme pour continuer à développer l’avenir de l’esport en EMEA pour nos fans, nos équipes et leurs joueurs, et ce site nous permettra de remporter d’autres succès dans les années à venir ».


La France, un acteur majeur de l’esport en Europe ?

Il est intéressant de voir que des entités telles que Riot Games déploient des moyens colossaux pour pérenniser l’esport dans le monde entier. En réalité, il y a bien d’autres acteurs qui mettent la main à la pâte, notamment en France, pays dans lequel l’intérêt du public pour l’esport croit d’année en année. Selon les chiffres du Baromètre France Esports, le nombre de fans est passé de 7,8 millions en 2020 à 10,8 millions en 2022.

Aujourd’hui, l’Hexagone est même un vivier d’équipes talentueux et de joueurs. Certaines structures rayonnent sur tout le territoire et à l’internationale, à l’instar de Mandatory, Team Vitality, Gentle Mates ou encore l’iconique Karmine Corp.


Karmine Corp aux Arènes d’Evry-Courcouronnes

Fondée en 2020, la Karmine Corp fait aujourd’hui partie des plus gros clubs esportifs français. Son nom ne vous est très probablement pas inconnu, et pour cause : il est quadruple champion des EMEA Masters sur League of Legends.

Et qu’on se le dise, la KCorp n’a pas fini de faire briller la France ! Non seulement parce qu’elle a acquis un slot dans le LEC, mais aussi et surtout parce que le groupe s’investit encore davantage dans l’esport avec un nouveau projet ambitieux. Comme cela a été dévoilé en septembre dernier, la structure s’installera dans les Arènes de l’Agora d’Evry-Courcouronnes.

En accueillant la Karmine, les Arènes deviendront « la première salle et le plus grand centre esport géré par une entité publique ». Une grande première en Europe donc, et c’est en France que ça passe !


Et le gouvernement dans tout ça ?

Vous l’aurez compris, la France en impose déjà dans le domaine de l’esport et elle pourrait bien devenir un acteur majeur en Europe dans le futur. Les influenceurs et les structures ne sont pas les seuls à batailler pour faire de l’Hexagone un exemple en la matière : le gouvernement s’engage lui aussi à son échelle.

En 2019, les Assises de l’esport ont permis d’entamer une première réflexion sur la structuration de l’écosystème esportif français. Plus récemment, en date du 16 janvier 2023, les ministres des Sports, délégué à la Transition numérique et de la Culture, ont annoncé vouloir accélérer les choses de manière à renforcer l’attractivité du domaine.

Ainsi, la stratégie Esport 2020-2025 est axée sur quatre grands points, qui participent tous au même objectif « faire de la France le leader européen du secteur à l’horizon 2025 ». Si vous souhaitez en savoir davantage à ce sujet, référez-vous à l’article dédié disponible sur le site officiel.

  • Axe 1 : Promouvoir le développement d’une pratique esportive responsable et socialement valorisée,
  • Axe 2 : Accompagner la création d’un parcours de formation pertinent, notamment pour les joueurs de haut-niveau,
  • Axe 3 : Mettre en place une politique de soutien au développement des acteurs français de l’esport,
  • Axe 4 : Mettre en valeur l’attractivité de la France, de ses territoires et de son écosystème de l’esport, auprès des acteurs de la filière et des investisseurs,

On voit déjà quelques innovations sur le territoire. Par exemple, le Lycée Pierre de Coubertin de Nancy – disposant déjà de nombreuses sections sportives – à ouvert la toute première section dédiée à l’esport en France. La promotion ne comporte pour le moment qu’une quinzaine d’élèves, mais c’est un premier pas encourageant !


Que ce soit grâce aux investissements de gros groupes comme Riot Games, ou bien aux actions des gouvernements, couplées à celles des créateurs de contenu, il semblerait bien que l’esport ait de beaux jours devant lui en Europe et aux alentours !

fr_FRFR