Valorant

La Méta Valorant suite au Masters 3

Des matchs acharnés et des équipes déterminées, voilà qui résume bien le Masters de Berlin. Dernier tournoi majeur du VCT avant le Champions, le Masters 3 a réuni 16 des meilleures équipes du monde. Lors de la finale, Gambit Esports s’impose et l’emporte face à la Team Envy sur un score de 3 maps à 0. Après ces 10 jours de compétition intenses, il est l’heure du bilan ! Nous nous intéresserons donc aux pick rates des différents Agents, aux win rates, au picks & bans des maps, et plus généralement à la méta.


Analyse des Pick rates

Taux de sélection des Agents aux Masters 2 et 3
Taux de sélection des Agents

Le pick rate au sommet de la compétition est bien entendu l’indicateur principal de l’évolution de la méta. En comparant les taux de sélection des Agents entre le Masters 2 et le Masters 3, on s’aperçoit que la méta est globalement stabilisée, à l’exception de quelques Agents qui prennent de l’ampleur ou d’autres qui passent à la trappe.


Le Top 3 des Agents

La Méta Valorant suite au Masters 3 - Jett Portrait - Mandatory.gg

Jett se maintient au sommet aussi bien en jeu que dans le cœur des joueurs pros. Déjà en tête du classement lors du Masters 2, elle consolide sa position de numéro 1 durant le Masters de Berlin. Son taux de sélection s’envole encore davantage, passant de 80% à 85% entre les 2 compétitions. Du fait de son rôle crucial dans la méta actuelle, Jett a même été sélectionnée dans 100% des matchs des playoffs.

Il faut dire que ses qualités uniques de repositionnement sont utiles en toutes circonstances, ce qui fait d’elle le seul Agent joué sur absolument toutes les maps, là où d’autres sont plus situationnels. Le clutch de Yay durant la finale en est le parfait exemple. Riot Games a d’ores et déjà décidé de sévir et le patch 3.06 déployé cette semaine devrait lui mettre un peu de plomb dans l’aile. A voir si ces nerfs seront suffisants.

La Méta Valorant suite au Masters 3 - Sova Portrait - Mandatory.gg

La seconde place revient à nouveau à Sova. Les joueurs pros apprécient toujours autant sa capacité à agir d’un bout à l’autre des maps, que ce soit pour une prise d’informations contrôlée concernant l’équipe adversaire ou simplement occasionner des dégâts. Il était ainsi présent dans 64% des matchs durant le Masters 3. On observe quand même une légère baisse par rapport au Masters 2 où il culminait à 72% de pick rate. Cette différence s’explique en partie par la popularité grandissante de Skye. Nous reviendrons sur ce point un peu plus tard.

Globalement Sova est sélectionné sur toutes les maps, à l’exception de Split où ses flèches trouvent plus difficilement leur utilité dans cet environnement plutôt restreint. C’est d’ailleurs cette absence de sélection sur Split qui diminue son pick rate et qui le place bon second, derrière Jett.

La Méta Valorant suite au Masters 3 - Astra Portrait - Mandatory.gg

Alors que Astra commençait à se faire une place au cours du Masters 2 (43% de pick rate), l’Agent du Ghana s’impose lors du Masters 3 et s’empare de la troisième marche du podium avec un taux de sélection de 60%. Cette ascension fulgurante n’est finalement pas surprenante. Au cours des différents matchs, les joueurs ont démontré tout le potentiel du personnage. Le constat est clair : un Agent capable d’influencer le jeu sur toute la map, tout en restant en sécurité, représente un atout indéniable pour les équipes pros. On notera tout de même l’absence d’Astra sur Breeze et Icebox, deux maps dans lesquelles ses smokes sont trop limitées pour bloquer complètement les lignes de vue ennemies.


Le Flop 3 des Agents

Si Jett, Sova et Astra ont gagné l’estime des équipes professionnelles, d’autres Agents se retrouvent dans une situation plus inquiétantes.

La Méta Valorant suite au Masters 3 - Yoru Portrait - Mandatory.gg

Le cas de Yoru est le plus marquant. Présent uniquement dans 2% des matchs du Masters 2, il n’a pas su gagner les faveurs des joueurs pros dans ce nouveau tournoi, au contraire. Yoru n’a été sélectionné qu’une seule fois… et c’était lors des phases de groupes. Relégué à un style de jeu solitaire, les joueurs ne lui trouvent pas de réel intérêt et se tourneront davantage vers Reyna, bien plus efficace pour assurer des kills. L’Agent étant boudé par les pros comme les amateurs, on pourrait s’attendre à ce que Riot Games cherche à le corriger prochainement. Il mériterait peut-être un rework.

La Méta Valorant suite au Masters 3 - Kayo Portrait - Mandatory.gg

KAY/O obtient un score guère plus élevé, avec seulement 2 sélections au cours du Masters 3. Néanmoins, ce faible résultat n’est pas encore alarmant. C’est un personnage encore très récent, puisqu’il n’est sorti que fin juin dernier. Peut-être que les équipes professionnelles ont besoin d’encore un peu plus de temps pour décider si le personnage a du potentiel ou non dans une composition compétitive. Difficile de savoir s’il va connaître une évolution digne d’Astra, mais le buff apporté par le patch 3.06 est un bon début pour le rendre plus attrayant.

La Méta Valorant suite au Masters 3 - - Mandatory.gg

Pour Phoenix c’est la dégringolade. L’Agent obtient un pick rate de 5%, alors qu’il était présent dans 17% des matchs du Masters de Reykjavik. Il n’a trouvé d’utilité que sur Haven. Le duelliste a du mal à soutenir la comparaison avec ses concurrents, notamment Jett.


Les plus grosses évolutions

En dehors des Agents les plus ou les moins sélectionnés, on observe d’autres évolutions intéressantes concernant Skye, Reyna, Killjoy et Omen.

La Méta Valorant suite au Masters 3 - Skye Portrait - Mandatory.gg

Nous vous parlions plus tôt d’une légère baisse d’intérêt pour Sova suite au succès de Skye, et c’est peu dire ! Au cours des derniers mois, Skye a connu un véritable engouement. Elle atteint le haut du panier et apparait dans 58% des matchs, contre 34% précédemment. Les joueurs apprécient sa polyvalence qui la rend aussi bien utile en support que pour déclencher un assaut. C’est sa capacité à dénicher les ennemis et à les aveugler rapidement qui séduit le plus les joueurs pros. Ce n’est donc pas étonnant de voir qu’elle subit un nerf dans le nouveau patch 3.06.

La Méta Valorant suite au Masters 3 - Reyna Portrait - Mandatory.gg

Reyna n’est pas pensée pour le jeu en équipe, mais son effet boule de neige peut faire des ravages. Elle revient sur le devant la scène et a participé à 24% des matchs contre 5% lors du dernier Masters. Sa maitrise nécessite des qualités individuelles très poussées. Lors du Masters de Reykjavik, seul TenZ, le prodige de Sentinels, avait osé la jouer jusque dans les dernières étapes du tournoi. Depuis, d’autres joueurs se sentent capables de faire une différence à eux seuls grâce au potentiel de Reyna.

La Méta Valorant suite au Masters 3 - Omen Portrait - Mandatory.gg

La méta intégrait encore Omen il y a quelques mois, mais aujourd’hui il est mis de côté passant de 29% à 8% de pick rate. Sachant que Jett et Astra sont déjà présentes pour poser des smokes, ce n’est pas tellement étonnant. D’autant qu’Astra apporte davantage pour l’effort de groupe, là où Omen est plus utile en solitaire.

La Méta Valorant suite au Masters 3 - Killjoy Miniportrait - Mandatory.gg

Killjoy était présente en troisième position à la fin du Masters 2. Aujourd’hui elle disparait du podium passant de 57 à 43% de pick rate. Les différents patchs déployés depuis mai, notamment les patch 3.0 et 3.05, ne lui ont pas été favorables. Lorsqu’elle n’est pas sélectionnée, c’est qu’on lui préférait généralement Cypher dans la partie. Pourtant ce-dernier n’est cette fois pas remonter pour autant dans les sélections, malgré la baisse d’intérêt pour Killjoy. Même s’ils restent tous deux intéressants, ces résultats montrent que les équipes privilégient maintenant d’autres alternatives, par exemple Skye ou Astra.

La méta reste globalement assez figée, mais ce Masters 3 a quand même été l’occasion de révéler certains Agents.


Analyse des win rates

Le win rate (taux de victoire) par Agents est une statistique délicate à interpréter. En effet, puisqu’un Agent peut être joué par les deux équipes simultanément, le ratio tend en général vers l’équilibre.

Intéressons nous aux ratios de victoire des Agents en Attaque et en Défense. En comparant les taux de victoire au Masters 2 et durant la phase de groupes du Masters 3, on s’aperçoit qu’ils sont globalement similaires, aussi bien en Attaque qu’en Défense. Quelques exceptions apparaissent tout de même.

Ainsi, Brimstone semble plus performant en défense avec un taux de victoire de 64.2% contre 47.3% lors du Masters 2, de même pour Phoenix qui passe à 67.6% de win rate en défense au Masters 3 contre 54.7% au Masters 2.

Côté attaquant, c’est Reyna qui a été moins efficace, avec une baisse de 65.9% au Masters 2 à 49.3% au Masters 3. En dépit de son gain en popularité, elle a un ratio de victoire négatif dans cette phase de jeu où elle devrait exceller.

Si on met de côté le Masters 2 pour ne s’intéresser qu’aux ratios de victoires par side au cours du Masters 3, on constate qu’elles tendent globalement vers l’équilibre. Les Agents gagnent donc en moyenne autant de rounds en Attaque qu’en Défense. On remarque quelques exceptions tout de même; les joueurs de Cypher, Brimstone, Phoénix et KAY/O gagnent d’avantage quand ils jouent en Défense ! Ceci étant, vu le faible taux de sélection de ces quatre Agents, difficile de parler de statistiques représentatives de leurs potentiels.

Par contre, lorsqu’on analyse les ratios de victoire au cours des playoffs, une tendance apparait. Même si les taux de victoire en Attaque et en Défense sont proches, les Agents ont un ratio de victoire supérieur en Attaque plutôt qu’en Défense.

Certains Agents se détachent du lot. Sova et Sage sont plus performants en Attaque avec de taux de victoires de 58.9% et 58% contre 44.8% et 44.2% respectivement. Si cela ne semble pas étonnant pour Sova, ça l’est davantage pour Sage. On constate que les joueurs pro privilégient de plus en plus de la soigneuse dans un rôle offensif plutôt que défensif et ça fonctionne ! Dans le même ordre d’idée, Omen et Brimstone obtiennent des ratios de victoire supérieurs à 70% en Attaque, pour 58.3% et 33.3% en Défense. Cette tendance pourrait s’expliquer par le fait que la majorité des équipes présentes aux playoffs, soient des équipes fortement tournés vers l’agressivité.

Attention quand même à la crédibilité des statistiques durant les playoffs qui se sont joués sur un nombre de maps nettement moins élevé qu’au cours de la phase de groupes. On ne peut affirmer que cette tendance pour l’Attaque resterait visible si autant de rounds avait été joués au cours des deux phases du Masters 3.


Les maps dans la méta

Sur l’ensemble des 28 matchs du Masters 3, seuls 10 matchs se sont joués en plus de 2 maps. Au total, ce sont donc 86 maps qui ont été sélectionnées, mais seulement 66 qui ont été le théâtre d’affrontements, avec 1356 rounds disputés.

Les joueurs se sont opposés sur les 6 maps disponibles à ce moment là, à savoir Split, Haven, Icebox, Ascent, Bind, Breeze. Absente du Masters de Reykjavik, Breeze n’a pas fait l’unanimité et n’a été sélectionnée que 6 fois et jouée 5 fois sur tout le tournoi, pour 11 ban au total. Cette carte qui invite au voyage n’est sortie que fin avril dernier. On peut donc supposer que les équipes ne se sont pas encore assez à l’aise pour se risquer à jouer dessus. En revanche, c’est Icebox et Split qui ont été les plus plébiscitées, toutes les deux pick 18 fois et jouées respectivement 13 et 14 fois au cours du Masters.

Globalement, on s’aperçoit que l’Attaque et la Défense s’arrachent les rounds de façon équivalente, avec 52% et 48% de victoires respectivement sur l’ensemble des maps. Néanmoins on peut relever que l’Attaque est avantagée sur Icebox. En effet, ce sont 61% de victoire qui sont enregistrés lors des rounds d’Attaque pour seulement 39% en Défense. La défaite 13-3 de Sentinels face à G2 Esports est un bon exemple pour comprendre les difficultés ressenties en Défense.

Fracture étant sortie récemment, elle n’était pas présente dans le map pool du Masters. Avec sa configuration très particulière, ses lignes étroites sur site et d’innombrables possibilités de rotation, on a hâte de voir les stratégies qui seront mises en place par les pro. Si vous souhaitez en savoir plus, lisez notre guide.


Nous connaissons déjà 12 des 16 équipes qualifiées pour le Valorant Champions. Le Last Chance Qualifier se déroulera du 10 au 17 octobre prochain. Il s’agit de la dernière ligne droite avant le championnat du monde et surtout la dernière possibilité pour les équipes non qualifiées de récupérer l’un des quatre slots disponibles !