Valorant

Valorant Challengers EU – Récap Semaine 1

Le Valorant Champions Tour a démarré en Europe. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la première étape a déjà réservé bien des surprises. On vous fait un récap de la Semaine 1 du Valorant Challengers EU.


Les 4 gagnants

Les tournois Challengers s’arrêtent aux quarts de finale. Cela signifie qu’à l’issue de chaque semaine, nous n’avons pas de podium, mais quatre gagnants à égalité.

Les gagnants de cette première sont :

Valorant Challengers EU - Récap Semaine 1 - Valorant Team Logo NIP - Mandatory.gg

Ninjas in Pyjamas

Valorant Challengers EU - Récap Semaine 1 - Valorant Team Logo MonkeyBusiness - Mandatory.gg

Monkey Business

Valorant Challengers EU - Récap Semaine 1 - Valorant Team Wave - Mandatory.gg

Wave Esports

Valorant Challengers EU - Récap Semaine 1 - Valorant Team FunPlus - Mandatory.gg

FunPlus Phoenix

Les quatre équipes se qualifient directement pour la phase finale du prochain Valorant Challengers. Si l’une de ces équipes remporte son prochain match, elle est qualifiée pour le Valorant Masters 1.


Des résultats inattendus

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ces résultats sont très surprenants. La plupart des favoris sont tombés, certains très tôt dans le tournoi. On pense notamment à la Team Heretics, champions d’Europe au Valorant First Strike, qui a perdu dès son deuxième match. Ils jouaient alors contre Entropiq, la nouvelle équipe de HyP.

C’est surtout dans les phases finales que l’on a vu le plus d’upsets. G2 Esports a flanché, battu par des Ninjas in Pyjamas particulièrement remontés. Guild Esports est tombé face à Monkey Business, les potentiels futurs joueurs OG. Les joueurs SUMN FC, devenus Fnatic une heure avant le lancement du tournoi, ont perdu contre Wave Esports. Seul FunPlus Phoenix a réussi à faire honneur à son titre de favori, en battant Team Liquid.


La frilosité de G2 Esports

Quand bien même G2 Esports a écrasé Ninjas in Pyjamas sur Bind, et sur la première moitié de Split, ils n’ont pas été en mesure de conclure, et encore moins de les stopper sur Icebox.

Les G2 ont indéniablement des progrès à faire sur la map hivernale de Valorant. Il y a quelques mois, l’équipe devait en partie ses succès à sa domination sur Ascent, assurant quasiment un point d’avance à l’équipe dans chaque BO. Mais si on se fie aux matchs de cette semaine ainsi qu’au Home Ground, il semblerait bien que Icebox soit la bête noire de G2. Ils ont failli perdre dessus en 8ème de finale, et ils ont eu l’air complétement dépassés en quart de finale contre NiP.

Côté Ninjas in Pyjamas, on ne peut que saluer la rigueur de leur nouvelle formation. Les joueurs ont une véritable synergie et semblent plutôt à l’aise dans leurs différents rôles. C’est quelque chose que l’on attendait pas si tôt d’une équipe qui a si souvent changé ses joueurs. On peut noter les performances de Crea, Jady et Chiwawa, qui ont remporté la plupart de leurs duels.

Mais c’est aussi leur sang-froid qu’il faut saluer. Dominés 8-4 sur Split au changement de side, ils ont sû remonter grâce à une défense de fer, très en retrait, mais mobile.


La revanche des Monkey Business

Les Monkey Business s’étaient fait battre à plate couture par SUMN FC au premier tour du Home Ground. Les voir mettre à mal Guild Esports est donc une véritable surprise. Surtout aussi sévèrement. Ils ont remporté Ascent sur un score de 13-4 et Icebox sur un score de 13-9. La partie aurait même pu être pliée plus vite encore, si Monkey Business avait réussi à conclure plus rapidement une fois en défense.

Plus à l’aise sur sa Reyna que sur sa Sage, Ellement n’a fait qu’une bouchée des anciens Bonk, avec un KDA de 31/14/1 sur Icebox.

Avant de devenir Guild Esports, l’équipe de Bonkar était capable d’inquiéter jusqu’aux G2 Esports au sommet de leur forme. Mais voilà un moment qu’elle n’a pas fait de grands coups d’éclat. Elle se fait petit à petit dépasser par les autres et on sent qu’un vent nouveau souffle sur la scène européenne. L’époque où Guild Esports était l’outsider capable de créer la surprise semble révolue.


Fnatic submergé par la vague

Wave Esports est arrivé de nulle part, en ne croisant aucune grosse équipe jusqu’au match final. Face à Fnatic, ils perdent la première map sur un score de 6-13. Tout semblait donc joué. On ne s’attendait pas à voir Wave battre l’équipe qui a terminé deuxième au Valorant First Strike. Et pourtant.

Ce qui impressionnait chez les nouveaux Fnatic, c’était leur capacité à adopter des stratégies flexibles. S’ils n’étaient pas toujours les meilleurs au skill pur, ils compensaient par des prises de décisions rapides et réfléchies. Malheureusement, c’est un numéro d’équilibriste qui ne fonctionne pas toujours… et surtout pas contre Wave, visiblement.

L’équipe Wave a semblé jouer le même jeu que Fnatic, mais mieux. Ils ont petit à petit appris à suivre le rythme de leurs adversaires, jusqu’à les dépasser sur tous les plans. Si bien qu’arrivé sur Split, c’était à eux de l’emporter sur un 13-6, dont 7 rounds à 0 en attaque.

S’ils sont capables de maintenir la cadence, on pourrait bien être face à de très sérieux concurrents en Europe.


L’agressivité de FunPlus Phoenix

Même si FunPlus Phoenix a remporté son BO3 sur un score de 2-0, ne vous y trompez pas, la bataille était rude. Chaque map s’est jouée aux prolongations, et la victoire et la défaite se jouaient parfois à un cheveux.

Ce match contre Team Liquid était de loin le plus explosif que l’on ait vu depuis un moment. Les deux équipes ont un style de jeu plutôt agressif, même lorsqu’elles sont en défense.

Côté Team Liquid, on peut bien entendu compter sur ScreaM pour faire le show. Le joueur belge a cumulé à lui seul pas moins de 63 kills, en seulement deux maps. Un véritable monstre, qui a enchaîné les prouesses.

Chez les FunPlus Phoenix, les performances sont plus homogènes, et ce n’est probablement pas un hasard s’ils ont fini par gagner. Une fois ScreaM tué, les choses sont plus faciles à gérer, même si le reste de Team Liquid ne démérite pas.

Pour Dimasick, c’était son premier tournoi officiel avec les FunPlus Phoenix. Même si son score de fin de partie ne le reflète pas forcément, le joueur a été déterminant dans la victoire des Phoenix. Il maîtrise Cypher sur le bouts des doigts et a su traquer ses ennemis et tenir les différents points en solo.


Pour les quatre gagnants, ils n’ont plus qu’un match à remporter pour se qualifier aux Masters. Pour tous les autres, c’est retour à la case départ. Ils devront à nouveau passer par les play-in dans deux semaines pour tenter à nouveau leur chance contre l’un des quatre gagnants de la semaine.

Si le Challengers 2 est au moins aussi dynamique et surprenant que les matchs de cette première édition, ça promet pour l’avenir de la scène européenne.


Valorant Challengers EU - Récap Semaine 1 - valorant champions tour esports meta - Mandatory.gg

Tout savoir sur le Valorant Champions Tour 2021