Valorant

Le Game Changers America de nouveau confronté à une polémique

L’édition américaine des Game Changers Series 3 fait encore parler d’elle pour les mauvaises raisons depuis la suspension d’un joueur de l’équipe ayant remporté le tournoi. Une série d’événements qui pourraient faire du tort à une initiative pourtant très louable de Riot Games.


Une première affaire de tricherie

La semaine dernière, nous avons appris la disqualification de l’équipe Noot Noot dans l’arbre final des Game Changers NA. Une de ses joueuses a été accusée de triche et les équipes de Riot Games ont confirmé les suspicions de chacun… mais bien trop tard. Entre les premiers signalements et la disqualification, Noot Noot a eu le temps de jouer face à 8 équipes, dont des favorites, qui se sont faites éliminer à tort.

Cette affaire a déjà fait du bruit et semé le doute quant à l’intégrité des compétitions Valorant. La consternation générale est devenue plus visible encore à partir du moment où Disguised Toast, propriétaire de l’équipe favorite du tournoi, mais éliminée par Noot Noot, a partagé son dégoût sur sa chaine YouTube. Au moment où l’on écrit cet article, cette vidéo a déjà 878.000 vues en seulement 5 jours.


KeenC, exclu d’Evil Geniuses GC

Aujourd’hui, c’est une affaire d’un tout autre genre qui fait parler suite à la mise en lumière du comportement de KeenC, un joueur de l’équipe Evil Geniuses GC. Comportement qui a poussé l’organisation, qui a pourtant remporté les Game Changers, à se séparer immédiatement de la joueuse.

Suite à la diffusion d’une discussion avec une joueuse où KeenC se révèle ouvertement misogyne en plus de faire des remarques sexuelles on ne peut plus déplacées, de nombreuses voix de joueuses ayant croisé sa route se sont élevées pour partager leurs mauvaises expériences avec lui. Le plus souvent, il s’agit de questions insistantes sur la vie sexuelle de ses interlocutrices et ce, malgré le fait qu’elles se soient plaintes et lui aient demandé d’arrêter.

Mais cette histoire est allée plus loin encore lorsque des messages et des conversations remettent en question jusqu’à l’identité de genre de KeenC. Le joueur aurait contacté de nombreuses personnes de la scène afin d’établir la meilleure stratégie pour pénétrer le VCT Game Changers, quitte à réaliser un faux coming-out afin de pouvoir intégrer le tournoi. KeenC serait alors passé à travers les processus de vérifications d’identité de Riot Games et d’AnyKey, leurs partenaires dans l’organisation des Game Changers, spécialisés sur les questions d’équité et de genre.

Face à toutes ces révélations, Evil Geniuses a décidé de se séparer de KeenC et l’a fait savoir dans un communiqué public. KeenC a quant à lui supprimé ses comptes sur tous les réseaux sociaux afin de se faire oublier. Certaines de ses accusatrices ont quant à elles préféré verrouiller leurs comptes afin d’échapper au courroux des fans de KeenC et de la structure ainsi qu’aux commentaires désobligeants des joueurs les moins ouverts sur les questions de genre.


Le Game Changers, un circuit en construction

Certaines personnes questionnent alors la légitimité de la victoire d’Evil Geniuses GC, non pas sur le plan technique comme avec Noot Noot, mais sur le plan éthique. Evil Geniuses GC vient en effet de se qualifier aux championnats du monde du Game Changers avec un joueur ne correspondant pas aux critères de participation à cette ligue.

Il y a donc eu deux équipes qui ont perturbé le cours normal du Valorant Game Changers américain, mettant à mal la crédibilité de cette scène parallèle au VCT. Ceci étant, il est très important de se rappeler que le Game Changers reste une initiative importante dans le paysage esportif, et surtout que c’est une nouvelle scène. Son fonctionnement est bien différent du VCT et implique qu’il peut encore y avoir erreurs et des dérives. Contrairement au VCT qui est réservé à des équipes bien établies et sélectionnées sur dossiers, les tournois Game Changers se veulent le plus ouvert possible, ce qui les rend plus vulnérables à ce genre de situations. Mais elles ne doivent en aucun cas remettre en question la nécessité d’un environnement réservé aux genres marginalisés dans l’esport.

Riot Games et Evil Geniuses auraient probablement pu intervenir plus tôt sur ces deux affaires, ce qui aurait évité de léser autant de joueurs et joueuses du circuit. Ces incidents vont inmanquablement égratigner l’image des Game Changers. Mais l’important maintenant, c’est surtout que chacun des responsables apparenne de ses erreurs afin qu’elles ne se répètent pas et de constamment améliorer cet environnement compétitif.

Côté Evil Geniuses, cette affaire intervient alors que la structure est déjà dans une situation particulière en termes d’image. Après avoir remporté le VCT Champions, la structure aurait divisé le salaire de ses joueurs par deux et les empêcherait de partir. Pour l’heure, il va vite leur falloir trouver un moyen de remplacer KeenC s’ils veulent s’approprier le deuxième titre de champions du monde de Valorant de 2023.

fr_FRFR