Age of Empires 4 Mandatory Monster Hunter Rise Notre équipe Trackmania Asset 2 Twitch Game Valorant Vampire Survivors ZLAN
Valorant

G2 Esports et Movistar Riders sanctionnées par Riot Games

Après une enquête réalisée par Riot Games, G2 Esports a reçu un avertissement pour communication non-autorisée, non avantageuse de la part du coach. De son côté, Movistar Riders écope d’une réduction de points, en conséquence d’une communication avantageuse, non-autorisée, de la part du coach. On imagine que l’incident récent avec dd8, le coach de T1, a incité le studio à effectuer quelques contrôles.


Les communications non-autorisées

La section 7.2.11 de la réglementation, concernant les communications non-autorisées, fait parler d’elle depuis quelques jours. Pour rappel, elle stipule que :

Lors des événements en direct, tous les appareils de communication autres que les appareils autorisés par l’opérateur du tournoi et les officiels du tournoi pour une utilisation lors de cet événement en direct doivent être retirés de l’aire de jeu avant le début de tout jeu officiel. Les joueurs ne peuvent pas envoyer de SMS/email ou utiliser des médias sociaux lorsqu’ils se trouvent sur l’aire de jeu. Pendant le match, la communication d’un joueur doit se limiter aux autres joueurs de l’équipe.

Lien vers la règlementation

Un coach n’est autorisé à communiquer avec son équipe durant le match que pendant les pauses tactiques. En dehors de ces temps prévus, toute forme de communications est interdite, qu’elle soit avantageuse pour l’équipe ou non.


G2 Esports rappelée à l’ordre

Lors du premier Closed Qualifier EMEA pour les Challengers, G2 Esport a affronté Vitality en quarts de finale. Durant le match, Daniil Mesheryakov alias pipsoN, coach de G2, n’a pas respecté la règle mentionnée plus haut. Nous ne savons pas clairement ce qui s’est dit dans le chat. Néanmoins, Riot précise qu’il s’agissait d’une communication isolée, et a des fins de célébrations. Autrement dit, cette communication n’a vraisemblablement pas avantagé son équipe. Au vu des circonstances, les officiels du tournoi ont décidé de ne donner qu’un avertissement à la structure européenne sans autre sanction.

Peu après cette révélation, pipsoN s’est excusé publiquement pour sa faute. Il reprécise s’être emporté après un clutch et assure que cela n’arrivera plus. La structure ne s’est pas prononcée pour le moment.


C’est la sanction pour Movistar Riders

À l’inverse de G2 Esports, la structure Movistar Riders reçoit une véritable sanction : une déduction de 3 points sur les points de leur total dans la VRL espagnole. Cette pénalité représente une défaite. Cette amende fait suite à une communication non-autorisée de la part du coach, Lucas Rojo alias LRojo. Au cours d’un match du deuxième Open Qualifier pour les Challengers EMEA face à Rix.GG Thunder, il a fourni des instructions tactiques à son équipe, en dehors des temps prévus. Si aucune information n’a été fournie par Riot quant à la teneur des messages, le studio a considéré les informations comme incriminantes et sanctionnables.

La structure n’a pas donné d’éléments concernant l’avenir de LRojo en tant que coach, néanmoins, elle s’est excusée auprès de la communauté Valorant pour cette faute.


Si on pouvait penser que l’incident dd8 n’était qu’un cas isolé, il semblerait que plus d’une équipe ne respecte pas scrupuleusement le règlement. Il est possible que Riot Games s’adonne à davantage d’analyses des précédents matchs afin de vérifier l’intégrité des parties jouées. D’autres structures pourraient donc, elles aussi, recevoir des sanctions dans les prochains jours.

fr_FRFR