Valorant

Bilan Valorant 2023 : la Dissonance

L’année 2023 s’achève et il est temps, une fois de plus, de dresser le bilan de cette quatrième année de Valorant ! Après une année 2022 vécue comme une consécration et une montée en régime de ce nouvel esport, il faut avouer que 2023 n’a pas forcément continué sur cette lancée. Si le jeu se porte bien, des inquiétudes commencent à poindre du côté esportif alors que la bulle américaine a commencé à éclater. On fait le point !


Valorant : Un prise de recul nécessaire

L’année fut riche en nouveaux éléments pour Valorant, en tant que jeu. Commençons d’abord par le petit récap’ habituelle des nouvelles sorties.

Comme Riot Games l’avait promis en début d’année, Valorant a acceuilli 3 nouveaux Agents : Gekko, Deadlock et Iso. Le premier a très certainement trouvé sa place dans le cœur des joueurs amateurs comme professionnels. Son Wingman est même devenu la mascotte semi-officielle de la franchise. Les deux autres peinent en revanche à se faire remarquer, mais il va peut-être falloir attendre que les pro se les approprient, comme souvent.

On compte également 2 nouvelles maps compétitives : Lotus et Sunset. En plus de ces nouveaux terrains de jeu, on peut citer les retours d’anciennes maps modifiées. Les versions revues et corrigées de Bind, Split et Breeze peuvent pratiquement être comptées comme de nouvelles maps à part entière. Techniquement, il y a eu 4 autres nouvelles maps cette année, grâce à l’introduction du tant attendu mode Match à Mort en Équipes : Piazza, District, Kabash et plus récemment, Drift. En revanche, on attend toujours le mode Replay, promis il y a si longtemps.

Mais outre ces ajouts, ce qui aura le plus marqué l’année ce sont les différents équilibrages des armes et des Agents. En plus des petits ajustements réguliers, ça et là, c’est clairement le patch 7.04 qui aura eu le plus d’impact sur le jeu puisque Riot Games a tenu à réaffirmer une de ses promesses à son annonce : dans Valorant, on ne tue avec les armes, pas avec les compétences. La plupart des compétences ont subi des nerfs, en particulier les Ultimes qui nécessitent désormais plus de points avant d’être utilisés. En résulte un jeu plus lent, mais avec plus de tension, de tactique et de skill pur.


Esport : Sous les dorures, quelques écailles

Répétant le schéma de 2022, en plus concis encore, le Valorant Champions Tour 2023 n’aura couvert que 7 mois dans l’année, mais 7 mois intenses. La compétition a débuté en février avec le LOCK//IN, un tournoi d’ouverture au format original ayant pour but de faire se rencontrer les équipes du VCT du monde entier avant qu’elles ne repartent dans leurs régions respectives.

La saison a été marquée par les victoires de Fnatic dans 2 majors (et un trophée cassé), mais les Européens se sont inclinés au Valorant Champions face à LOUD, les tenants du titre. Au final et contre toute attente, c’est Evil Geniuses qui a remporté le titre de Champions du monde. La structure américaine revenait de loin. Qualifiée in-extremis au Masters Tokyo, elle a sû y gagner les points nécessaires à une qualification aux Valorant Champions et y imposer son style.

Evil Geniuses remporte le Valorant Champions 2023
Les joueurs Evil Geniuses soulevant la coupe du Valorant Champions 2023

Du côté de Riot Games, on était visiblement très heureux que le Valorant Champions 2023 se déroule à Los Angeles, la ville où se trouvent les développeurs du jeu. Salle gigantesque, scénographie XXL et invités plus ou moins prestigieux comme Ben Affleck ou Elon Musk (hué par le public); les organisateurs avaient mis les petits plats dans les grands et tout était réuni pour donner une impression de succès et de légitimité à Valorant.

Les apparences peuvent cependant être un peu trompeuses. S’il est indéniable que Valorant s’est créé une place de choix dans le paysage vidéoludique et esportif, quelques signes très inquiétants commencent à apparaitre quant à sa stabilité.

Dans l’esport, le nombre de spectateurs fait loi. Plus de spectateurs signifie de plus gros revenus publicitaires, réinjectés dans l’esport pour créer un cercle vertueux. Malheureusement, les statistiques de l’esport Valorant sont globalement en baisse en 2023. On remarque une perte d’un peu plus de 14% des audiences Twitch sur l’année, tandis que le Valorant Champions en lui-même a enregistré une baisse de 7% de son audience globale par rapport à 2022.

Bilan Valorant 2023 : la Dissonance - mandatory bilan valorant 2023 stats champions 2022 -
Bilan Valorant 2023 : la Dissonance - mandatory bilan valorant 2023 stats champions 2023 -

Statistiques de vues des Valorant Champions 2022 et 2023 sur toutes les plates formes.
Source : Escharts.com

Bilan Valorant 2023 : la Dissonance - mandatory bilan valorant 2023 stats global 2023 -

Statistiques de Valorant au global sur Twitch en 2023.
Source : SullyGnome

Mais les plus grandes faiblesses se remarquent surtout dans les ligues inférieures. La plupart des diffuseurs de la ligue peinent à maintenir les programmes en ligne. La VCL Polaris, la ligue anglaise que Riot Games a déléguée à Promod, a très largement réduit son dispositif dès le mois de mars, ne retransmettant plus qu’une poignée de matchs. En France, les retards de paiement des équipes comme des commentateurs inquiètent également sur la santé de Freak 4U.

Ce sont aussi et surtout les équipes qui souffrent le plus. Avoir décroché sa place dans le circuit officiel ne suffit pas à rémunéré les joueurs et les structures. Rien qu’en France et au cours du premier split, ce sont pas moins de 3 structures (BeGenius, HEET et Sector One) qui se sont retiré de Valorant, fautes de moyens. La situation des différentes structures et des joueurs est rendue plus précaire encore du fait de la courtesse de la saison du VCT. Avec un circuit qui commence en février pour se terminer en août, la majorité des structures ne peuvent pas se permettre de payer des joueurs à l’année. Elles préfèrent se séparer de leurs équipes dès lors qu’elles sont éliminées de leurs circuits respectifs et composer de nouveaux mix à la rentrée.

Le plus alarmant , c’est que même Evil Genius, pourtant champions du monde en titre, n’échappe pas à ce constat. La structure américaine serait en grande difficulté et aurait imposé des baisses de salaire significatives à tous ses joueurs, malgré leurs résultats, en plus de les bloquer dans leurs recherches d’autres structures.

Dans le circuit Game Changers aussi, il se passe des choses. L’événement le plus marquant de l’année, outre la victoire de Shopify Rebellion, c’est probablement le départ de DSG, la structure de Disguised Toast. Suite à une défaite face à un cas avéré de triche lors des qualifications, l’équipe qui figure pourtant parmi les favorites s’est vue disqualifiée. Ce type d’incident met un sacré coup à la confiance que l’on peut porter à l’intégrité de la compétition, d’autant plus quand c’est la structure d’un influenceur suivi par des millions de fans qui en est victime et prend la parole pour exprimer son mécontentement.

Tout ceci va de pair avec une crise plus large encore dans l’esport en 2023. Les structures esports, surtout américaines, profitent très largement d’une bulle spéculative qui est en train d’exploser. Avec son entrée en bourse en 2022, une première pour une équipe esport, FaZe Clan a plus ou moins malgré elle donné une valeur précise à sa structure, poussant toutes les autres structures et les sponsors à estimer leur propre valeur en fonction de celle de FaZe Clan. Or, l’entrée en bourse de FaZe Clan est un terrible échec. La structure n’a fait que perdre en valeur et ce à la vue de tous les acteurs du marché, créant une perte de confiance totale des investisseurs vis-à-vis des structures. Des structures historiques comme TSM et 100 Thieves se retrouvent également en difficultés et préfèrent même quitter la scène League of Legends qui est pourtant l’une des plus stables du milieu.

En bref, quand bien même on pourrait qualifier 2022 d’année exceptionnelle, l’année 2023 a démontré que les fondations de l’écosystème esport de Valorant sont encore tremblantes. L’année 2024 va donc être cruciale pour Riot Games, s’ils souhaitent éviter que la situation n’empire. On sait déjà que le planning du circuit compétitif ne changera pas beaucoup. La véritable nouveauté sera l’arrivée du mode Première, qui permet aux équipes amatrices de se qualifier dans le circuit officiel. S’il part d’une bonne intention, il risque d’accentuer la précarisation des joueurs et par effet boule de neige, diminuer le niveau global de la compétition. A surveiller, donc.


L’équipe Mandatory en 2023

Concluons une fois de plus notre bilan de l’année en revenant sur notre propre parcours ! 2023 a démarré avec notre collaboration avec Chilla qui a composé le thème Battle! qui nous a accompagné toute l’année.

En janvier, nous avions recruté kAdavra pour grossir nos rangs. Après une saison plus que mouvementée, nous avons trouvé un rythme de travail efficace qui nous a permis de finir deuxième des deux Split de la VCL France. Par deux fois, nous avons dû nous incliner en finale face à la nouvelle équipe de Squeezie, Brawks et Gotaga, les Gentle Mates qui ont ensuite remporté leur place dans la ligue européenne.

Après cette saison, menegh et kAdavra ont quitté l’équipe. Le premier a exprimé le souhait de coacher d’autres joueurs pour augmenter son expérience, après deux années passées à nos côtés. Le second a voulu tenter sa chance au VCT et les essais étaient incompatibles avec le reste des plannings de la scène française.

C’est ainsi que l’on a pu accueillir Féfé et SoOn, deux anciens d’Overwatch qui avaient déjà officié avec HyP à l’époque où lui-même jouait au FPS de Blizzard. Féfé est un coach d’expérience aussi bien dans le milieu sportif qu’esportif, tandis que SoOn est un vétéran efficace et d’un calme olympien qui avait été élu MVP du Split 2 par les spectateurs alors qu’il jouait pour Job Life.

L’intégration de ces deux membres était encore trop récente pour donner des résultats concrets lors de la Coupe de France où nous avons réalisé une véritable contre-performance en se faisant éliminer dès la phase de groupe. Mais l’équipe a néanmoins su reprendre du poil de la bête et remporter le RTBF iXPé 2023, un tournoi qui l’opposait à plusieurs structures de la ligue française.

Il ne reste plus qu’à espérer que cette victoire soit un bon présage pour l’année 2024 !

fr_FRFR