Age of Empires 4 Mandatory Notre équipe Toute l'actu Trackmania Valorant
Valorant

Bilan Valorant 2021 – Partie 1 : Stabilisation

Une nouvelle année de Valorant se termine, et il est temps de faire le bilan ! Après une année 2020 extrêmement riche et parfois chaotique, le FPS de Riot Games a trouvé son rythme de croisière en 2021. Finie l’euphorie du lancement avec des notes de patch à rallonge qui viennent modifier des dizaines de systèmes, quitte à provoquer des bugs insoupçonnés. Le développement de Valorant se focalise désormais sur des points plus précis, patch après patch, sans pourtant oublier d’innover sur différents plans.

Comme l’année dernière, nous allons découper notre bilan de fin d’année en deux parties. La première s’intéressera à l’évolution de Valorant, en tant que jeu. La seconde reviendra sur la scène compétitive et les différents événements Valorant de l’année.


Valorant 2021 en quelques chiffres

En 2021, Valorant a eu droit à 4 nouveaux Agents, 2 nouvelles maps et pas moins de 26 patchs ! Pour ce qui est des Agents, l’année 2021 a commencé avec l’apparition de Yoru au début du mois de janvier, suivi par Astra en mars, puis KAY/O en juin et finalement Chamber en novembre. Ces quatre nouveaux Agents ont des kits et des styles de jeu extrêmement différents, mais seule Astra a su faire l’unanimité chez les joueurs. Il est trop tôt pour tirer des conclusions sur Chamber, qui vient tout juste de sortir, mais qui se prédestine surtout à devenir populaire en solo plutôt qu’en équipe, à la manière de Phoenix. Pour ce qui est de KAY/O, il aura fallu un peu de temps, mais on le voit désormais apparaître même en compétition. Reste le cas de Yoru qui ne réussit pas vraiment à convaincre. Il est déjà prévu qu’il subisse une refonte au début de l’année 2022.

Les deux nouvelles maps de Valorant sont quant à elles assez représentatives de l’avenir du jeu. Breeze, et plus encore Fracture, sont des terrains de jeu très originaux pour un FPS tactique. La première offre des situations de combats originales et complexes qui vont au-delà de la simple prise de ligne, tandis que la deuxième place les Attaquants et les Défenseurs dans des configurations de départ uniques et contradictoires. En recevant des maps qui bousculent l’architecture classique, Valorant renforce sa personnalité, brique après brique. Le choix de map en compétition devient alors plus important que jamais et oblige à jouer des stratégies différentes qui devraient mettre en valeur de nombreuses compositions.

Il y a également un dernier point à soulever, qui est directement lié à la sortie des Agents et des maps : Riot Games a commencé à véritablement dévoiler l’Histoire de Valorant. C’est cette année que nous avons appris l’existence de deux terres parallèles, expliquant la présence d’Agents en double et les origines de la guerre pour la radianite. Si tout est encore cryptique, nous disposons de plus en plus d’éléments pour comprendre ce qu’il s’est réellement passé et pourquoi les différents personnages se battent. Mieux encore, les différents éléments de Valorant se répondent entre-eux, à l’image de Fracture qui évoque aussi bien la division entre les deux mondes, mais teasait également l’arrivée de Chamber.

Des mises à jour plus ciblées

Valorant a donc eu droit à un ajout de contenu majeur tous les deux mois, en moyenne. C’est plus que sur de nombreux jeux-services, mais on peut tout de même noter que c’est inférieur aux prévisions initiales de Riot Games. En 2020, les développeurs espéraient pouvoir sortir 6 Agents par an. Manifestement, ce n’était pas tenable cette année. En fin d’année 2020, nous avons déjà vu que la sortie simultanée d’Icebox et de Skye causait de très gros problèmes, repoussant finalement la sortie de la shaman de quelques semaines. Cette année, Riot n’a pas retenté l’expérience et a préféré sortir séparément les Agents et les maps.

C’est une décision extrêmement bénéfique pour le jeu comme pour ses joueurs. Plutôt que de vouloir se tenir à un calendrier impossible, les développeurs ont préféré prendre le temps de finaliser leurs projets avant de les déployer. C’est notamment ce qu’on a pu voir avec Chamber, qui est sorti plus tard que prévu. En 2020, Valorant a souffert de nombreux bugs et crash, certains Agents ou certaines maps avaient dû être désactivés à plusieurs reprises, le temps d’effectuer des mises à jour. Il n’y a rien eu de tel en 2021 et Valorant est resté extrêmement stable, et c’est bien le plus important.

Rappelons également que nous sommes toujours dans un contexte de pandémie mondiale qui force tout un chacun à s’adapter à des conditions de travail complexes. Le COVID a un impact inattendu, mais bien réel, sur le développement des jeux.

Un changement de cap au milieu de l’année

S’il y a eu un moment décisif cette année sur Valorant, c’est bien le lancement de l’épisode 3. Le patch 3.00 a entrainé de profondes modifications, toutes ayant pour vocation de revenir à une promesse faite avant même le lancement du jeu : « Dans Valorant, on tue avec ses armes, pas avec ses compétences. » C’est ainsi que l’on a pu voir l’ensemble des armes rééquilibrées, mais aussi l’économie du jeu bouleversée. La plupart des compétences ont augmenté de prix. Certaines capacités ultimes réclament un point de plus avant d’être utilisées. Tout ceci a eu pour effet d’imposer aux joueurs de prendre de grandes décisions au début de chaque round. Chaque achat dans la boutique est désormais mûrement réfléchi et les compétences des Agents sont devenues des ressources précieuses.

Ce changement de cap a permis de stabiliser Valorant en termes d’équilibrage. Jusqu’à l’épisode 3, tous les patchs contenaient des modifications sur les différents Agents, ce qui n’est plus réellement le cas désormais. Bien entendu, il y a des cas particuliers comme Jett ou Skye, mais dans l’ensemble, les patchs de Valorant ne contiennent plus d’équilibrage. Cela ne veut pas dire que tous les Agents sont équilibrés pour autant, en témoigne la prédominance de certains d’entre-eux et l’absence d’autres dans la méta.

Dans ses autres jeux, Riot Games aime jouer sur l’équilibrage de ses personnages pour provoquer différentes méta et diversifier les situations de jeu. C’est un cap que les développeurs de Valorant envisageaient pendant un moment, mais qui semble avoir été abandonné, du moins pour le moment. Ce sont surtout les maps qui dictent les compositions aujourd’hui, et c’est un point sur lequel on s’attardera plus dans notre deuxième partie du bilan 2021 consacré à l’esport.