Age of Empires 4 Mandatory Monster Hunter Rise Notre équipe Trackmania Asset 2 Twitch Game Valorant Vampire Survivors ZLAN
Notre équipe

Interview d’APO, Sentinelle de l’équipe Mandatory

C’est un diamant brut qui ne demande qu’à être raffiné. Tom « APO » Bonnion a fait ses armes aux côtés de HyP sur Shootmania avant de le retrouver sur Valorant bien des années après. Il est prêt à mettre sa fougue au service de l’équipe Mandatory. Interview de ce jeune joueur plein d’avenir.


Mandatory : Salut APO, et bienvenue ! Est-ce que tu pourrais te présenter pour ceux qui ne te connaîtraient pas encore ?

APO : Déjà, salut à tous ! Moi c’est Tom Bonnion, APO in-game. Je suis joueur de Sentinelles sur Valorant depuis un petit moment maintenant et je suis donc la sentinelle de la team Mandatory.

Mandatory : Peux-tu nous parler un peu de ton parcours, de comment tu es devenu joueur professionnel sur Valorant ? 

APO : Tout a commencé avec l’Institut, avec LoWkii et Twenee1 en particulier. Ca faisait un petit moment que j’avais arrêté les jeux pour me concentrer sur mes études. Je voulais terminer ma licence et mon master en informatique. En jouant pour l’Institut, ça m’a rapidement relancé compétitivement parlant et j’ai repris en expérience. Suite à ça, ça a été une sorte de tremplin parce que j’ai rencontré Ex6tenZ, qui est un leader de renom francophone et avec qui j’ai joué pour le premier gros tournoi européen de Valorant, le First Strike. On a réussi à faire de très bons résultats, mais on a échoué aux portes de la qualification pour la Closed Qualifier du tournoi. A l’époque on avait perdu contre l’équipe mixte de Prodigy. Ça a été une défaite assez compliquée, mais ça reste ce qui m’a lancé dans la compétition. Ça m’a permis de me faire repérer et ça m’a ouvert des opportunités. J’ai eu la chance d’avoir mon premier projet international professionnel chez Entropiq, une organisation tchèque. C’est là où j’étais vraiment lancé dans le grand bain et ça m’a prouvé que j’avais quelque chose à faire sur le jeu.

Mandatory : Pourtant, ça fait un moment maintenant que tu joues à des jeux compétitifs. Sur quels autres jeux as-tu évolué ?

J’ai commencé les FPS vers l’âge de 12 ans sur CS 1.6 à l’époque. Mais bon c’était vraiment gentil. Je tâtais un peu le milieu compétitif, mais je n’étais pas à un super bon niveau. On va dire que les choses sérieuses ont commencé à l’époque sur Shootmania. Autant dire que ça fait un petit moment maintenant que c’est sorti ! J’avais 15 ans à ce moment-là. C’est le premier jeu sur lequel j’ai joué avec HyP et où on a fait de très bons résultats. Notamment à une Gamer Assembly où Strenx avait dit de nous “les petits jeunes là-bas, ils sont vraiment chauds, vous devriez les suivre”. 

Suite à ça je suis passé par Overwatch où j’ai rejoint HyP à nouveau, mais pas très longtemps. Ensuite je suis repassé sur Counter-Strike avec CS:GO. J’ai fait quelques LAN avec des résultats corrects et j’ai atteint un bon niveau, mais très loin du professionnalisme. Ensuite, je me suis un peu éloigné de la compétition, ou du moins de l’esport, parce que j’avais mes études à terminer et ça me prenait vraiment trop de temps. Je ne  pouvais plus m’investir dedans comme je l’avais fait avant. J’ai plutôt fait de la compétition dans le sport traditionnel, puisque j’ai fait pas mal d’athlétisme.

À la fin de mon master, j’ai eu mon premier CDI… et puis j’ai vu Valorant sortir et je me suis dit “ça a l’air pas mal ce jeu, je vais essayer pour voir”. Et là, ça a été un gros coup de cœur. C’est vraiment devenu mon jeu préféré de tous ceux sur lesquels j’ai pu aller.


Rejoindre la Team Mandatory


Mandatory : Tu rejoins donc l’équipe Mandatory aujourd’hui. Qu’est-ce qui t’a intéressé dans ce projet ?

APO : Le projet de la team Mandatory était super intéressant pour moi, déjà parce qu’il y a HyP en capitaine d’équipe. Pour la petite histoire, je le connais depuis très longtemps maintenant : depuis la primaire. On s’est perdu de vue un moment, mais on s’est retrouvé sur Valorant. On a même fait quelques équipes ensemble. Quand il m’a parlé de ce projet-là, j’ai été vraiment intéressé en partie parce qu’il en faisait partie. Mais aussi parce que la team Mandatory c’est quand même quelque chose d’assez énorme en France. Leur coverage de la scène depuis le début du jeu est intéressant.

Mandatory : Tu ne nous a rejoint que parce qu’il y avait Hyp ?

APO : Pas du tout ! Le projet est ultra ambitieux, mais réaliste. Je pense qu’il y a vraiment quelque chose d’incroyable à faire, tant au niveau hype qu’au niveau compétitif. En plus, depuis l’arrivée dans les locaux, il y a pas mal de choses qui m’ont surpris. Enfin surpris oui et non. 

Déjà il y a le professionnalisme de toute l’équipe, de tous les gens du staff qui nous entourent. Il y a de la joie et puis ce côté “détente mais on bosse vraiment”. Ça c’est une philosophie de travail que j’ai moi-même en dehors des jeux. Je pense que c’est important et qu’on commence à comprendre qu’il faut s’écarter du flicage des salariés dans le monde professionnel. Mais voilà, il y a ce côté fun, détente mais pro et ça j’adore.

Je pensais avoir connu quelque chose de vraiment fort dans mon ancienne équipe pro, au final je me rends compte qu’il y a encore beaucoup mieux à faire et on l’a vu depuis notre arrivée ici. On est vraiment très bien traités chez team Mandatory et c’est vraiment cool. 

Mandatory : Quels sont tes objectifs avec cette équipe ? 

APO : En ce qui concerne mon objectif personnel, je pense que ça sera un peu dans la continuité de ce que j’ai fait en 2021. Je veux déjà me prouver à moi-même que je mérite ma place, que j’ai encore une grosse marge de progression, même si je suis assez satisfait du niveau que j’ai pu développer, notamment sur les derniers mois où j’ai le sentiment d’être vraiment monté en puissance. Mais je sens que je suis très loin de mon maximum. –

Je serais vraiment content si à partir de l’année prochaine, on était capables de concourir dans la ligue européenne. La VRL française est un très bon tremplin et ça va nous permettre de nous développer aussi bien individuellement que collectivement. Quand on voit aujourd’hui sur League of Legends ce qu’est devenu le LEC, ça fait un peu rêver. J’avoue que j’ai vraiment envie d’en arriver là un jour et j’espère vraiment que ça sera avec Mandatory.


Interview de APO de l'équipe Mandatory

D’un point de vue collectif, l’objectif principal c’est tout simplement de tout casser en VRL cette année. De surprendre pas mal les autres équipes et pourquoi pas essayer d’aller tâter un podium dans cette ligue française. Nous n’avons pas d’objectif de place actuellement. Pour moi le plus important c’est de progresser et de voir qu’on évolue. L’évolution est primordiale et il est important de pouvoir surmonter les problèmes que chaque équipe rencontre. Il n’y a pas d’équipe magique où tout se passe bien directement et où on devient les meilleurs d’un coup.

Mandatory : Il y a des équipes déjà en lice que tu aimerais vraiment affronter ?

APO : Pas exactement. En France je dirais quand même que j’aimerais battre Vitality, pour ce qu’ils représentent dans le pays. Même s’il n’y a que deux joueurs français chez eux en ce moment, ça reste la meilleure équipe francophone.

Sinon j’aimerais surtout avoir des gros matchs dans la ligue avec pas mal de hype autour. Notamment contre des organisations qui pourraient potentiellement arriver comme Solary, GameWard, KCorp, qui sait… C’est quelque chose que je n’ai pas encore vraiment connu, en fait. Des matchs à gros enjeux compétitifs j’en ai déjà vécu, mais des matchs à gros enjeux au niveau de la hype, je n’en ai jamais vraiment eu. C’est quelque chose qui m’intéresse. J’ai hâte que ça se produise.

Après à l’échelle internationale je dirais Liquid afin de pouvoir affronter ScreaM et son frère, ça serait intéressant.


APO et ses coéquipiers


Mandatory : Comment est-ce que tu te décrirais en tant que joueur ?

APO : Alors, à l’extérieur je parais calme, mais à l’intérieur ça bous. Je ne parle pas énormément pendant les games, je ne suis pas quelqu’un d’hyper loquace, mais il se passe beaucoup de choses à l’intérieur de ma tête et c’est quelque chose sur lequel je travaille. Par contre, j’adore me bagarrer dans le jeu, ce qui fait que parfois je sors un peu de mon rôle. Je me tape parfois plus que ce que ne le devrait une Sentinelle, mais je pense que ça fait aussi partie de ma réussite sur mon rôle et de mon efficacité.

En ce qui concerne l’ambiance de l’équipe, je suis plutôt quelqu’un qui essaie d’apporter quelque chose de positif et d’agréable. Forcément avec le temps on apprend à se connaître soi-même et je sais que j’ai besoin d’un bon environnement, sain et agréable pour performer correctement. Du coup, j’essaie de provoquer ça.

Sinon, c’est vrai qu’en dehors des games, j’aime bien charrier les autres. J’ai aussi un petit délire depuis peu, car on m’a offert une petite clochette. C’est un cadeau de mes potes et de ma copine notamment. Maintenant, à chaque fois que je sors la Odin sur Ascent, je mets un coup de clochette dans le micro et je dis “It’s Odin’s time.” J’essaie de détendre l’atmosphère même pendant les matchs officiels parce que c’est important de se faire plaisir et de rigoler un peu. Parce que si on est tout tétanisé pour jouer ça ne marche pas.

Mandatory : En parlant de détendre l’atmosphère, que penses-tu du recrutement de Jbzz ?

APO : Pour moi, le fait de jouer avec quelqu’un comme Jbzz qui n’a pas été pro comme tous les autres joueurs, ce n’est pas forcément un frein. Tout simplement parce que c’est quelqu’un qui a su montrer qu’il était bon sur les jeux et qu’il pouvait devenir très bon sur plusieurs jeux à la fois. Je pense que ça sera également le cas sur Valorant, j’en suis même intimement convaincu. Donc oui, même si c’est ambitieux, j’ai hâte de prouver à tout le monde que ce n’est pas parce qu’on a un créateur de contenu dans notre équipe que nous ne sommes pas compétitifs, loin de là. Je suis pressé de prouver à tout le monde qu’on sera présents sur cette année 2022.

Mandatory : Hormis HyP que tu connais depuis longtemps, est-ce qu’il y a un joueur avec qui tu es déjà complice dans l’équipe ?

APO : Ce n’est pas un joueur, mais c’est le coach : menegh. On se charrie beaucoup, même en dehors des entraînements. On passe beaucoup de temps ensemble et j’avoue qu’on aime bien se chambrer entre nous, mais ça reste toujours très gentil. J’ai vraiment une très bonne affinité avec lui et c’est vraiment un bon coach. Je pense qu’il y a une amitié qui s’est créée et c’est quelqu’un qui sait comment faire avancer les gens, dont moi. J’essaie donc de lui donner un maximum en retour et je pense qu’on s’apprécie mutuellement pour nos qualités.

Mandatory : Selon toi qu’est-ce qu’il va apporter à l’équipe ?

APO : Il va apporter de la structure, un avis extérieur et il va également avoir ce rôle de médiateur au sein de l’équipe. Je pense qu’une équipe sans coach c’est compliqué. Il va pouvoir dire les choses plus facilement et avec plus de recul que le leader in game. Il va aussi pouvoir mettre tout le monde sur la même page et faire en sorte qu’on soit tous en harmonie sur ce qu’on veut faire, de l’assumer complètement et de le faire jusqu’au bout. C’est indispensable pour performer.

Mandatory : Est-ce qu’il y a une dernière chose que tu aimerais dire à tes fans et à ceux qui vont te découvrir à la suite de cette annonce ?

APO : Prenez le temps qu’il faut pour faire ce que vous voulez faire, ne grillez pas les étapes. Et surtout, tout ce que vous voulez faire, faites le avec du fun. Parce que sans fun c’est compliqué de réussir. C’est vraiment une philosophie qu’on essaie de suivre avec toutes les équipes que j’ai eu et au final c’est vraiment ce qui réussit le mieux.

fr_FRFR