Récap du Valorant First Strike NA Semaine 1

Valorant First Strike NA – Semaine 1

Le 2 novembre 2020 à 20:22

Alors que nous attendons de pied ferme le Valorant First Strike européen, les hostilités ont déjà démarré aux Etats-Unis. En effet, le premier tournoi éliminatoire s’est tenu tout au long de la semaine dernière. Une première étape très importante, puisqu’elle donne le ton quant à ce qu’on peut attendre outre-Atlantique.


Les Résultats de la Semaine 1

Commençons par la fin. A l’issu de cette première étape, les 16 meilleures équipes se sont qualifiées pour la suite du Valorant First Strike.

Chacun des matchs des éliminatoires au First Strike américain se jouait en BO3. Les petites équipes ne pouvaient donc pas compter sur des coups de chance pour réaliser des upsets sur une map. Chaque victoire devait se mériter. Arriver dans les paliers les plus hauts représentait donc déjà un accomplissement.

Les 16 équipes qualifiées sont :

  • 1er. Cloud9 Blue
  • 2ème. Team Envy
  • 3ème. TSM
  • 4ème. Gen.G
  • 5-8ème. Sentinels
  • 5-8ème. T1
  • 5-8ème. 100 Thieves
  • 5-8ème. The Slimy Boogermen
  • 9-16ème. Spot Up
  • 9-16ème. XSET Gaming
  • 9-16ème. Complexity
  • 9-16ème. Luminosity Gaming
  • 9-16ème. Renegades
  • 9-16ème. Dignitas
  • 9-16ème. Equinox Esports
  • 9-16ème. Built By Gamers

La compétition reprend

Si le format des Ignition Series variait d’une semaine à une autre, le circuit permettait surtout d’assister régulièrement à des tournois de haut niveau. Suite à son arrêt, il a été plus difficile de suivre les évolutions des différentes équipes, en terme de puissance et de maitrise.

Quelques grands noms ont continués à participer à des tournois mineurs, mais la majorité des grandes équipes sont passées sous les radars. Pour certaines, c’était l’occasion de s’entrainer sérieusement sans dévoiler leur jeu, mais pour d’autres, il s’agissait surtout de tirer les enseignements et opérer de gros changements.

On a en effet assisté à un petit mercato entre écuries. Envy s’appropriait Food et Crashies, deux joueurs de T1 remplacés par DaZeD et Spyder, tandis que 100 Thieves s’appropriait Asuna et Dicey, deux joueurs Immortals. De son côté, Gen.G Esports accueillait Shawn, prodige de l’équipe Moon Raccoons.

En bref, le paysage esportif de Valorant a bien changé depuis la dernière compétition de grande ampleur. Et c’est sans parler des changements sur Valorant en eux-mêmes.


Valorant a changé

Valorant aussi a changé. Pas moins de 4 patchs ont été déployés depuis la fin des Ignition Series aux Etats-Unis. Sage a été nerfée (certains diront tuée), tandis que Breach a gagné en popularité grâce à ses nouvelles options. Côté arme, l’Operator en a également pris un coup. Tout cela demande bien entendu un certain talent d’adaptation.

Fort heureusement pour les équipes, Icebox et Skye ne sont pas encore disponibles en compétition. Aux dernières nouvelles Skye sera jouable à partir du 9 novembre, et Icebox à partir du 24 novembre. Ceci étant, avec les problèmes liés au déploiement du patch 1.11, il est possible que Skye soit repoussée d’une semaine.

Le patch 1.11 a d’ailleurs fait des siennes pendant la compétition. Il a causé de nombreux bugs chez les joueurs, même après avoir été retirées. Les joueurs de 100 Thieves en ont été victime par exemple. Deux de leurs joueurs sont restés bloqués en mode gaucher alors que ce dernier fait bugger la visée au sniper.

« Ok, maintenant qu’on a gagné et que ça ne sera pas pris comme des complaintes, 2 de mes coéquipiers sont bloqués en mode gaucher et viser au sniper en mode gaucher fait trembler l’écran.

Puisque le patch a été retiré, ils ne peuvent pas désactiver l’option, puisqu’elle a disparue. » 100T Seel

Il est déjà déconseillé de déployer un nouveau patch conséquent en pleine compétition, surtout quand il affecte l’économie et donc les stratégies de jeu des équipes. Si le patch se met en plus à causer des problèmes et de l’instabilité des serveurs, c’est encore plus dommageable.


Une nouvelle méta

Les différents équilibrages des Agents ont amenés à quelques surprises. Les compositions ont changé, et la disparition de Sage a grandement accéléré le jeu. La plus grosse étant sans conteste la montée en puissance de Reyna.

La duelliste était plutôt boudée jusqu’ici, même aux Etats-Unis où on assiste à une jeu plus agressif que dans les autres régions. Elle a pourtant trouvé sa place, lentement et surement, jusqu’à enfin révéler son potentiel au First Strike.

Il faut dire que sur le papier, Reyna possède de nombreux atouts similaires à Jett, que ce soit sa faculté à aveugler ou à fuir un combat après avoir pris un kill au sniper. Pour ne rien gâcher, Reyna est l’un des meilleurs Agent au gun round et permet de prendre une avance non-négligeable en début de rencontre.

Enfin, il ne faut pas négliger le potentiel de snowball de Reyna. Dans un tournoi comme le Valorant First Strike, ouvert à 128 équipes, on peut compter sur les meilleures d’entre-elles pour abuser de Reyna et écraser les plus petits challengers.


Entre évidences et surprises

Comme nous le disions plus haut, le format en BO3 a grandement empêché les upsets de petites équipes. C’est pourquoi les grandes équipes américaines figurent quasiment toutes dans le classement final.

Cela n’empêche pas de constater quelques surprises. A commencer par la victoire de Cloud9 Blue, l’équipe principale de la structure. Cloud9 a toujours été très performant, mais sans être à la hauteur des ténors comme TSM ou Sentinels. C’est d’ailleurs contre TSM que l’équipe a disputé son match le plus serré, en demi-finale.

Les Sentinels ont quant à eux semblé perdre de leur superbe. Eux qui avaient remporté deux tournois des Ignition Series et bouleversaient la méta il y a deux mois, ont eu l’air complètement dépassés contre Gen.G Esports en quart de finale (5-13 et 6-13). L’arrivée de Shawn n’est probablement pas étrangère à ce résultat, la nouvelle recrue a été impériale sur Reyna, avec 22 kills et un Combat Score de 320 sur Ascent.

Autre équipe qui semble être passée à côté de son tournoi, les T1. La structure de Brax est dans la tourmente depuis un moment maintenant, mais elle espérait réellement redresser la barre grâce à ses récents recrutements. Si elle a été capable d’être assez convaincante pour se hisser en quart de finale, elle semblait comme paralysée à certains moments. Ils ont beau être solides en Défense, les joueurs de T1 n’ont que très rarement réussis à créer du jeu lorsqu’ils étaient Attaquants. Des lacunes dont Envy a profité sans remords. L’équipe Envy étant désormais composée de 2 anciens T1, on imagine que des dents ont du grincer…

Mais la plus grosse douche froide a sans conteste été pour Immortals. Ils ont échoué aux portes de la qualification en se faisant upset par XSET, une organisation esport qui se lançait sur Valorant pour la première fois.


Vers la seconde étape

Les 16 équipes ayant survécu aux éliminatoires s’affronteront à nouveau du 4 au 8 novembre lors du tournoi qualificatif. C’est une étape importante, puisqu’à son terme, les 4 meilleures équipes se qualifieront directement pour le main event du Valorant First Strike américain, au mois de décembre.

Les quatres équipes suivantes au classement sont quant à elles qualifiées d’office pour le prochain tournoi qualificatif du 18 au 22 novembre. Elles n’auront pas à rejouer les éliminatoires.

Pour tous les autres, c’est le retour à la case départ. Un nouveau tournoi éliminatoire se tiendra du 11 au 15 novembre et cette fois, seules 12 équipes pourront progresser.



Retrouvez toutes les informations et les résultats
des Valorant First Strike