Valorant First Strike EU – Semaine 1

Le 16 novembre 2020 à 17:00

La première semaine du Valorant First Strike en Europe est terminée ! Pas moins de 3 tournois ont eu lieu, avec 194 équipes dans la compétition. La route vers le championnat d’Europe est particulièrement intense, et il fallait avoir des yeux partout pour suivre les résultats. On vous fait un résumé de cette Semaine 1 du Valorant First Strike EU.


Les Résultats de la Semaine 1

Au termes des très nombreux matchs de cette première semaine, seulement quatre d’entre elles ont eu l’occasion de se qualifier pour l’événement principal du 3 décembre. Toutes les autres reprennent à zéro pour la Semaine 2.

Qualifiés pour le Valorant First Strike EU :

  • G2 Esports
  • Team Liquid
  • FunPlus Phoenix
  • SUMN FC

Trois tournois en une semaine

Les deux premiers tournois consistaient en une suite de matchs en une map gagnante, un format propre aux upsets. Malheureusement, ces matchs n’étaient pas streamés ou couverts par un cast officiel. Tout ce que l’on peut en savoir, ce sont les résultats. Il n’y a cependant pas eu de véritables surprises. Les favoris que l’on a déjà vu aux Ignition Series se sont tous qualifiés, que ce soit au terme du premier ou deuxième open qualifier.

Coté français, il y avait de nombreuses équipes en lice. Beaucoup ont échoués au cours de l’open qualifier, notamment FeaFeafea qui n’a remporté aucun match. Mais on peut se satisfaire de voir que les Opportunists et l’Institut, que nous avions déjà eu le plaisir de voir jouer au cours de l’Occitanie Esports, ont réussi à passer cette première étape.


Un Closed Qualifier disputé

Toutes les équipes qui ont survécu aux open qualifiers se sont retrouvées dans un nouvel arbre pour le closed qualifier. On y comptait les grandes équipes qui font vibrer la scène européenne depuis le lancement de Valorant : G2 Esports, FunPlus Phoenix, Team Liquid, Guild Esports, Ninjas in Pyjamas, ou encore need more DM, BIG, Giants et nolpenki. La crème de la crème de Valorant en Europe se retrouvait donc une fois de plus concentrée dans un nouveau tournoi.

Parmi les affiches, le match G2 Esports contre Guild Esports en a surpris plus d’un. Les anciens de Bonk ont en effet réussi à battre G2 Esports en 8ème de finale. Mais leur victoire leur a été annulée et l’équipe disqualifiée quand il est apparu qu’elle avait eu recours à un bug impliquant Killjoy et Sage. C’est finalement G2 qui a eu droit de disputer le match pour la qualification contre Ninjas in Pyjamas. Ces matchs qualificatifs se jouaient quant à eux en BO3.


Les matchs qualificatifs

Il s’agissait des premiers matchs retransmis sur Twitch, ainsi que sur plusieurs maps. La victoire menait au First Strike, mais la défaite ramenait au point de départ. Autant dire que ces matchs n’ont pas été pris à la légère.

Le match entre G2 Esports et Ninjas in Pyjamas était particulièrement intéressant. C’est la première fois que l’on pouvait voir officiellement le nouveau line-up des Ninjas en action, depuis le départ de Fearoth et HyP. L’équipe s’est reconstruite autour de Sayf, l’ancien Bonk à qui beaucoup promettent un très bel avenir. Le joueur a un style très agressif, très « américain », qui tourne autour de Raze et de Phoenix, un Agent que l’on voit peu en Europe. Lui et rhyme ont proposé de de solides performances. Elles n’ont cependant pas été suffisantes pour inquiéter G2 Esports. Ardiis et paTiTek ont formé un duo redoutable sur Ascent, tandis que Mixwell sur Jett, épaulé par Davidp sur Breach, ont été les stars de Haven. Au final, G2 Esports a remporté le BO en 2 maps (13-9, 13-10). Malgré leur défaite, on a vu les Ninjas in Pyjamas plus en forme que jamais, ce qui ne devrait augurer que du bon pour la suite.

Le deuxième match qualificatif opposait Team Liquid et Prodigy. ScreaM n’a fait qu’une bouchée de son ancienne équipe. Il a abandonné Reyna au profit de Jett, et les résultats sont là. Si la partie était extrêmement disputée sur Ascent (13-11), l’équipe dirigée par Ec1s a infligé une sévère correction sur Split (13-5). Côté Prodigy, Happy, le joueur français est le seul à avoir eu un ratio Éliminations/Morts positif.

Le troisième match était l’occasion de voir nos frenchies en action ! Les Opportunists se sont frayé un chemin aux portes de la qualification. Il ne leur restait plus qu’à vaincre FunPlus Phoenix, ce qui n’est pas une mince affaire. La tâche s’est avérée trop ardue, malgré d’excellents départ de maps de la part des Opportunists. Les Phoenix ont par deux fois récupéré l’ascendant sans jamais le rendre. Notons le score de Zyppan, 30 kills pour seulement 11 morts sur Bind, ainsi que le culot de Ange1 qui a joué Viper et qui s’en est même très bien sorti avec.

La quatrième et dernière affiche réunissait deux équipes bien moins connues : SUMN FC et eXiLe eSports . Le First Strike a pour lui qu’il permet à toutes les équipes de participer, du moment qu’elles ont le niveau nécessaire. SUMN FC, dirigée par Boaster, un ancien pro de la scène CS:GO, a bien prouvé qu’elle faisait partie des meilleures équipes européennes. L’agressivité de doma sur sa Raze était particulièrement impressionnante. Le joueur comptabilise un total de 50 kills sur tout le BO3. Les lithuaniens d’eXiLe n’ont pas démérités, mais leurs efforts n’ont pas suffit à véritablement faire la différence. L’avantage au score passait pourtant d’une équipe à l’autre sans arrêt. Grâce à leur victoire, on imagine mal les joueurs de SUMN FC rester sans organisation très longtemps.


Et maintenant ?

Maintenant, à l’exception de nos 4 qualifiés, tout est à refaire pour toutes les équipes qui ont participé à cette première semaine du Valorant First Strike. Au moment où nous écrivons ces lignes, la deuxième semaine s’apprête à commencer, toujours avec près de 200 équipes et 3 tournois à remporter.

Cette deuxième semaine est également la dernière. La moindre défaite au cours de l’Open Qualifier qui démarre le 18 novembre signe la fin des ambitions de son équipe.



Retrouvez toutes les informations et les résultats
des Valorant First Strike